LeS EnFaNtS EtrAnGeS

Art Capillaire et Petites Mains créatrices...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [Expo] Rebecca Horn du 14/03 au 10/05/2008 (Paris)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LuCiOLe_
DS_vErTe
DS_vErTe
avatar

Féminin Nombre de messages : 4224
Age : 31
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: [Expo] Rebecca Horn du 14/03 au 10/05/2008 (Paris)   2008-04-28, 12:51

Rebecca Horn, sa vie, son oeuvre et une exposition dans sa nouvelle galerie, la galerie Lelong, du 14/03 au 10/05





Souvenir d’une exposition de Rebecca Horn au Carré D’art de Nîmes.

Tout commence à partir d’une petite roue de plumes. Parce que Rebecca Horn reste fascinée par les animaux fabuleux. Parce qu’aussi attentive à l’architecture du Carré d’Art de Nîmes, ouvert sur le ciel, elle a imaginé un oiseau entrer dans les salles. Et il n’y a plus qu’à le suivre. Pénétrer cette exposition si cohérente et magnifique où toutes ses recherches, tous ses mythes, toutes ses hantises se retrouvent et s’accordent, de salle en salle, à l’instar des chapitres d’une fiction.



L’art comme exorcisme

Car ici, plane sans cesse l’ombre de cette jeune étudiante aux Beaux-Arts de Hambourg, qui, travaillant le polyester, fut victime, à vingt-quatre ans, d’une infection pulmonaire. Passent les si longs mois au sanatorium, où Rebecca Horn saisit son art comme une tentative de fuite. De vie. Où son héros, Buster Keaton devient le salvateur, le guide vers la liberté. Et cela n’a pas cessé. Et cela ne cessera plus.
On pense bien sûr à Frida Khalo qui peignait sa douleur et son corps broyé. Mais Rebecca Horn exhausse sa souffrance personnelle pour atteindre l’universel. Elle part de son corps et de l’espace de son corps pour toujours mieux comprendre et palper l’existence humaine.
Pour ouvrir les frontières. Faire exploser la conscience.
L’inconscience. Lacher prise. Célèbre pour ses vidéos et ses
performances des années soixante dix où l’artiste allemande invente des
peintures et des sculptures corporelles, puis des films de fiction,
c’est à partir des années 80, qu’elle se concentre sur des mises en
scènes de machines mécaniques et autonomes qui la consacrent
définitivement comme sculpteur.




Naissance des installations

Mais le désir et la violence restent les mêmes. De ses harnais de crayons, de ses masques de plumes, de ses tubes à faire circuler le sang aux installations de ses dix dernières années, c’est toujours le même enchantement artistique qui doit happer, surprendre, désorienter, questionner, aider. En stimulant tous les sens. Et c’est cela qui nous envahit dans l’exposition de Nîmes, qui nous prend, nous soulève, nous fait peur, nous ensorcelle encore ou nous ravit. Nous emporte donc. Loin. Dans les contrées mythiques d’Eros et de Thanatos d’où un baiser de serpents jaillit un rayonnement électrique. Dans des espaces mystérieux et silencieux, où tout à coup, un violon accroché très haut dans la salle grince et soupire. Plus loin, sur un mur, un immense dripping à la Pollock réalisé par une machine, une fois l’oeuvre terminée, répète son geste. Indéfiniment. A vide. Ailleurs encore, une immense tige métallique comme un doigt pointé sur les maux et les génocides du monde dessine une spirale invisible dans l’espace. Aux côtés de ces tortures de l’esprit, comme souvent, la légèreté.
L’incroyable légèreté d’un papillon battant des ailes. Mais si Rebecca Horn défie à l’infinie le geste du peintre, elle perpétue à l’infinie également le geste d’écriture. Frontières. Frôlement des frontières.
Car l’artiste jongle avec les mots, écrit des textes, des poèmes, invente des titres fabuleux et un vocabulaire de symboles similaire à celui de la psychanalyse ou des différentes religions. Syncrétisme donc, chez cette passionnée de bouddhisme, qui utilise à la fois l’ordre plastique, littéraire et poétique et ose ainsi porter toujours plus loin l’héritage du surréalisme. Comme disait Henri Michaux à propos de l’oeuvre de Paul Klee “Pour entrer dans ses tableaux… Il suffit d’être l’élu, d’avoir gardé soi-même la conscience de vivre dans
un monde d’énigmes, auquel c’est en énigmes aussi qu’il convient le mieux de répondre”.


C’était lors de l’exposition “Rebecca Horn”, Carré d’Art - Musée d’art contemporain de Nîmes, Place de la Maison Carré, 30031 Nîmes en 2000.



Les
vibrations, les murmures et les étincellements de l’oeuvre de Rebecca
Horn se poursuivent dans sa peinture et ses dernières sculptures créees
pour l’exposition dans sa nouvelle galerie, la galerie Lelong. Ici,
l’artiste nourrie de poésie et de philosophie a pris pour titre en
filigrane le célèbre livre d’André Breton, “L”Amour cosmique-fou du
faucon rouge”. Ses peintures apparaissent comme des jets d’encre et de
sang. A voir absolument à partir du 14 mars.






Exposition “Rebecca Horn”
galerie Lelong,

13, rue de Téhéran,

75008. Paris.

Tél. : 01 45 63 13 19.

Du 14/03 au 10/05.

www.galerie-lelong.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enfantsetranges-aufildutrain.fr.tc/
 
[Expo] Rebecca Horn du 14/03 au 10/05/2008 (Paris)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Monaco - Résultats
» PARIS DOG SHOW. PARC FLORAL de PARIS. 9 & 10 janvier 2010
» Chien catalogue exposition Paris 1932 Sté Centrale Canine
» expo féline chateau-thierry (02) 24 février 2008
» expo avicole

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LeS EnFaNtS EtrAnGeS :: °O_ArT_O° :: ♣ Expos & Vernissages ♣-
Sauter vers: